Title Image

Blog

PauL

édité le 02/09/2022 par Paul . Crédit photo : Pauline Le Hen

“Comme c’est moi qui m’occupe du site web et des newsletters, ma présentation va plutôt ressembler à un auto-portrait, je choisis les questions et je choisis les réponses !”

Qu’est-ce qui fait te lever le matin ?

“En règle générale, Abelle, ma fille, la première réveillée de la maison ! Mais si je dois répondre au sens commun de la question : je dirais que c’est l’envie de voir l’entreprise familiale évoluer, les projets grandir, le plaisir de participer à créer du beau.”

Comment décrirais-tu une journée de travail à un enfant ?

“Déjà, mes journées sont de 2 types : soit c’est une journée à l’atelier, soit c’est une journée de bureau, à la maison. Je commence par cette dernière. D’abord, je regarde ma “To do list”, c’est une liste avec toutes les choses à faire pour te permettre d’avancer dans tes projets, certaines tâches y restent très peu de temps, d’autres y sont depuis plusieurs mois (aïe!).

Plus précisément, j’envoie des mails pour préparer la réalisation de commandes, soit à Chantal ou Didier, soit à des clients ou encore à certaines personnes qui gravitent autour de l’entreprise et qui participent de près ou de loin aux projets. Parfois, j’ai à un moment de la journée un rendez-vous pour présenter notre travail : alors je prends ma valise avec tous les échantillons, mon Ipad pour les photos, et je mets une chemise.

A l’atelier, c’est différent. On prépare le four pour cuire les commandes en attente. Il y a aussi souvent des essais, des prototypes (des pièces “test” en quelque sorte) à faire. Parce que dans notre métier, on essaye beaucoup : pour s’améliorer et accumuler de l’expérience.

Tu faisais quoi avant Verre l’intérieur ?

“Avant Verre l’intérieur, j’ai travaillé 7 ans pour une agence qui organisait des événements pour des grandes sociétés. cette expérience m’a appris beaucoup sur la vie et les rouages d’une entreprise. Cela à été aussi l’occasion de développer des “soft skills” lié à cette typologie de métier : anticipation, rigueur, gestion du stress…”

Qu’est ce qui t’a fait changer de voie?

“L’arrivée de mon premier enfant, Robin. Ça chamboule ! J’étais assez pris par mon travail, et je me suis rendu compte que le stress me suivait aussi à la maison : c’était un bon signal pour aller vers une nouvelle aventure.”

As-tu un adage que tu aimes partager?

” -Soit le changement que tu veux voir dans le monde- de Gandhi. Je n’y suis pas et n’y serai jamais : mais ça oriente quand même!”

Quel est sont l’émoji que tu utilises le plus ?

“J’utilise le plus souvent main qui forme un rond entre le pouce et l’index pour dire “nickel” (ndlr : 👌)”

Merci Paul !

Merci Paul 👌

 

De l’upcycling chez Verre l’intérieur?

édité le 01/09/2021 par Paul . Crédit photo : Adobestock

Le recyclage du verre à vitre, un triste constat

Chaque année en France, seuls 20 kilotonnes de verre à vitre sont recyclés. Ce chiffre est à comparer au 200 kilotonnes de verre à vitre utilisés dans une année dans notre pays.

Le recyclage du verre à vitre sert majoritairement à faire de la laine de verre et des granulats pour le remblais des routes. Du réemploi à faible valeur ajoutée. Ensuite, ce qui n’es pas recyclé est enfoui avec les autres matériaux inertes.

Malgré le fait que le verre soit un matériaux qui peut se recycler à l’infini, force est de constater que ce n’est aujourd’hui pas le cas. Les industriels de la fabrication de verre utilisent très peu de verre recyclé dans leur “recette” notamment car les standards demandent un verre toujours plus clair et homogène.

Faire notre part

En vue de réduire notre impact environnemental, nous avons décidé de lancer une batterie de test pour voir comment du verre à vitre de réemploi pouvait intégrer nos process.

Pour ce faire nous sommes allés chercher des fenêtres qui venaient d’être remplacés chez le menuisier du quartier, et en avons extrait leur vitrage.

Les premiers essais sont concluants : Le verre, porté dans nos fours à plus de 800°C, se comporte comme comme un verre neuf de chez le miroitier ! Mieux encore : même si le vitrage réutilisé comportait de petites imperfections (tâches, fines rayures…), elle disparaissent après la recuisson.

Malheureusement, les filières de retraitement du verre sont rares. Si nous souhaitons utiliser du verre de réemploi dans notre process, nous devrons se débrouiller pour se le procurer. Économiquement, avec nos petits volumes, l’opération n’est pas lucrative.

Malgré cela, nous avons la volonté de faire avancer les choses et pensons que le réemploi du verre pourra nous ouvrir d’autres marchés où ce paramètre a une valeur autre que pécuniaire.

Affaire à suivre…

Source : Entretien avec une responsable de la filière de recyclage du verre issu du bâtiment Federec Verre.